maladie-horton

Maladie de Horton : Symptômes, traitements

Qu’est ce que la maladie de horton ?

La maladie de horton elle doit son nom au médecin anglais qui l’a décrite pour la première fois en 1879, Henry Power Horton.

La maladie de Horton est un trouble rare des petits vaisseaux sanguins qui se manifeste le plus souvent sur la partie inférieure des jambes. Elle peut provoquer des zones rouges surélevées et indolores sur la peau, causées par les facteurs suivants des vaisseaux sanguins qui se sont développés anormalement. Les zones cutanées touchées peuvent présenter des taches, des bosses ou des verrues. Ces lésions peuvent provoquer des démangeaisons et/ou des douleurs, mais sont souvent asymptomatiques.

La maladie de Horton est généralement d’origine idiopathique (hémangiome idiopathique). Certains cas sont associés aux maladies vasculaire du collagène, grossesse ou utilisation de contraceptifs oraux.

Quelles sont les causes de la maladie de Horton ?

La cause de la maladie de Horton est inconnue, mais on pense qu’elle résulte d’une réaction anormale des cellules du tissu conjonctif de l’organisme lorsqu’elles entrent en contact avec les vaisseaux sanguins.

Qui est généralement atteint de cette maladie ?

La maladie de Horton touche le plus souvent les adolescents et les jeunes adultes, mais on peut également l’observer chez les enfants. Elle touche plus fréquemment les femmes que les hommes.

Quels sont les signes/symptômes de cette maladie ?

Le signe le plus courant de la maladie de Horton est une lésion rouge ou rouge-violet en relief qui apparaît sur les jambes ou les bras sans autre symptôme. Les lésions peuvent être ressenties et peut être légèrement sensible au toucher.

Comment le médecin traite-t-il cette maladie ?

Le traitement vise à enlever ou à réduire les lésions et comprend : l’excision chirurgicale, la cryochirurgie (congélation), le traitement au laser, l’électrocautérisation (brûlure) de la lésion. Chez les enfants, la croissance s’arrête généralement en quelques après le traitement de la lésion, mais elle peut parfois réapparaître.

Quelles sont les complications ?

Certaines personnes atteintes de la maladie de Horton peuvent développer des lésions internes dans leurs vaisseaux sanguins profonds qui peuvent causer de graves problèmes impliquant d’autres organes du corps. La probabilité de cette complication dépend de la gravité de la maladie et de la rapidité du traitement. Ulcères pénétrants ou superficiels sur les jambes peuvent se développer dans certains cas.

Retrouvez également nos articles sur l’hépatite A, la maladie de charcot ou encore la maladie de Lyme.

Quel est le pronostic ?

L’évolution de la maladie de Horton non traitée varie d’une personne à l’autre. Une résolution spontanée a été rapportée, bien que la plupart des lésions persistent pendant un à cinq ans. Les lésions asymétriques ont plus de chances de disparaître que les lésions symétriques sur la même extrémité. Les lésions qui ne se résorbent pas spontanément ont peu de chances de le faire avec un traitement.

Dans la plupart des cas, les lésions disparaissent sans effets indésirables, mais elles peuvent laisser une cicatrice dont le diamètre peut atteindre deux pouces. Dans le pire des cas, après l’ablation chirurgicale de la lésion, il reste une tache violacée sur la jambe appelée « cicat ».

La maladie de Horton ne réapparaît pas après la guérison complète de la lésion enlevée, mais si elle revient, elle peut être traitée à nouveau.

Il n’y a aucune preuve que cette affection se propage à d’autres personnes. Bien que les lésions soient souvent défigurantes, elles n’entraînent aucun handicap physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.